Le printemps, la saison où tout se joue dans les vignes de nos Crus Bourgeois !

photo d'entête d'article

On vous emmène pour une petite promenade printanière mais très active dans les vignobles des Crus Bourgeois du Médoc.

Avril : il est venu le temps du palissage !

Finie la dormance végétale, avec le printemps, les rameaux poussent, les œillets s’expriment, les feuilles gorgées de sève s’élancent, le tout dans un bel élan créatif que la main de l’homme va bien devoir discipliner un peu. Un sarment en pleine forme peut pousser jusqu’à 15 cm par jour ! Autant dire qu’il y a du boulot !

En avril, c’est le temps du palissage, de l’ébourgeonnage.  Après la cicatrisation des plaies laissées par les tailles de mars, les premiers bourgeons apparaissent et finissent par se fendre sous la pression de la sève, c’est ce que l’on appelle le débourrement. Sans intervention humaine, chaque bourgeon donnera naissance à un nouveau sarment qui lui même bourgeonnera… Bref, ce sera sous peu une vraie forêt ! Pour y mettre bon ordre et permettre à la vigne de produire les meilleurs raisins, les bourgeons surnuméraires vont être supprimés, c’est l’ébourgeonnage.

Une fois la vigne « clarifiée », il reste à procéder à l’étape du palissage qui consiste à attacher la vigne horizontalement le long de fils de fer pour valoriser l’exposition des futures grappes au soleil et faciliter traitements et récoltes.

palissage de la vigne

En mai et juin, premières fleurs et désherbage au menu !

C’est une véritable explosion florale. Chaque vigne peut porter entre 100 et 200 fleurs ! C’est une période particulièrement cruciale car la vigne et ses embryons de fruits sont extrêmement fragiles. Exposés au gel, aux champignons, aux maladies telles que mildiou ou oïdium, sans compter les attaques des insectes, les jeunes pousses font l’objet de tous les soins de la part de nos viticulteurs. Certains traitements peuvent être appliqués et un désherbage est souvent de mise pour minimiser les risques !

On pratique également l’épamprage, c’est à dire la suppression des rameaux qui ne produiront pas de fruits. Ils sont souvent à la base du pied (ce sont les fameux gourmands qui profitent malicieusement de la sève !) mais on en trouve également dans les ramures et la tête de la vigne. Bref c’est une vraie toilette de printemps !

vigne et bourgeon

Les 100 jours qui changent tout !

Selon certains viticulteurs, la date de la floraison renseignerait également sur celle des vendanges qui à plus ou moins 10 jours, auraient lieu 100 jours plus tard ! De la qualité de la floraison dépend directement le nombre de baies par grappe et donc la production.

On comprend que les viticulteurs de nos Crus Bourgeois et leurs équipes passent en ce moment de longues journées dans les vignes… en attendant de pouvoir eux aussi, s’installer autour d’une table pour partager le fruit de leur travail avec les amateurs et admirateurs, que nous sommes.  D’autant plus désormais que nous savons tous les efforts que chaque Cru Bourgeois a nécessité pour arriver dans notre verre et être consommé avec délice et modération !

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0

Derniers Articles

  • Suivez-Nous !

  • La photo de la semaine

    #CrusBourgeois

  • Facebook

  • Twitter