Les Crus Bourgeois du Médoc vous disent tout sur l’art de la dégustation !

INTRO modif

La dégustation, une affaire d’experts ? Pas forcément ! Découvrez en 5 étapes faciles comment déguster et apprécier toutes les qualités d’un bon vin tel qu’un Cru Bourgeois !

 

1. On se détend !

Le vin c’est d’abord une affaire de goût et d’histoire personnelle. Comme pour la madeleine de Proust, certains arômes provoqueront chez vous des sensations puissantes alors qu’ils laisseront parfaitement indifférent votre voisin. Donc, on se détend et on fait confiance à ses sens et on se munit d’un carnet et d’un stylo pour noter ses impressions ! C’est tout (ou presque !).

FIN ON SE DETEND

2. Dégustez avec les yeux !

Versez vous une petite quantité de vin et admirez-le au-dessus d’une surface blanche en inclinant doucement votre verre. Ce premier examen vous donne déjà plusieurs indications précieuses et vous aidera notamment à déterminer l’âge du vin.

  • Limpide ou trouble ? C’est à dire avec d’éventuelles particules en suspension.
  • L’anneau formé par le vin en bordure de verre est-il cristallin, brillant, éclatant (vins jeunes) ou mat, terne, comme éteint ? (vins plus matures).
  • La couleur de la robe est-elle plutôt pâle, moyenne ou intense ? Pour les vins rouges, elle évolue des teintes violacées pour les vins jeunes aux tons briques, voire bruns pour les plus âgés, en passant par toutes les nuances du rubis au grenat profond.

1

Redressez votre verre, si le vin forme des larmes, il devrait avoir une certaine rondeur en bouche, sinon, il sera plus vif et astringent.

 

3. C’est l’heure du premier nez !

Plongez courageusement votre nez dans le verre et inspirez profondément ! Que ressentez-vous instinctivement ? Quels sont les premiers mots qui vous viennent à l’esprit pour qualifier cette première impression ? Si rien ne vous vient spontanément, pas d’inquiétude, certains vins sont plus « fermés » que d’autres… Si au contraire, vous avez déjà certaines sensations, mêmes imprécises, c’est déjà un bon début ! Vous pouvez essayer de les classer parmi les 7 grandes familles aromatiques du vin :

  • floral,
  • fruit vert
  • fruit rouge,
  • agrume,
  • épice,
  • végétal
  • minéral

2

4. Il est temps de se pencher sur le second nez !

Faites délicatement tourner le vin dans le verre, et à nouveau inspirez-en les parfums. Au contact de l’air, les molécules odorantes se cassent, libérant ainsi leur potentiel olfactif. C’est toujours un moment magique de sentir cette explosion sensorielle !

Vous devriez maintenant pouvoir avoir une image olfactive plus précise de votre vin… mais encore une fois, c’est votre histoire et votre imaginaire personnel qui vont vous guider. Pour vous aider,  voici une liste des arômes souvent rencontrés lors d’une dégustation :

Saveurs vin

Légende saveurs vin5. La mise en bouche

Notre bouche ne reconnaît que 4 saveurs majeures : le sucré au bout de la langue, le salé au centre, l’acide sur les parties extérieures et l’amertume au fond de la langue. Pour autant, la bouche communicant directement avec les glandes olfactives, elle nous permet d’accéder à une foule de sensations.

Prenez une petite gorgée de vin et faites la circuler dans toute votre bouche pour exciter les papilles

Là encore la première impression, que l’on appelle  « l’attaque » est déterminante… Diriez-vous qu’elle est franche ? Décevante ?

Maintenant aspirez un petit filet d’air avec la bouche pour réactiver les arômes…

Si vous salivez plus qu’à l’ordinaire, c’est que vous avez ressenti une certaine acidité. Vous dégustez un vin vif, rafraîchissant.

Si vous avez une sensation de sécheresse en bouche, vous êtes en présence d’un vin aux tanins encore jeunes. Si au contraire, vous percevez du moelleux, de la rondeur, vous avez en bouche un vin aux tanins déjà plus fondus.

3

Votre dégustation est presque terminée !

Il ne vous reste qu’à évaluer 3 critères :

  • la longueur, c’est à dire le temps pendant lequel la sensation reste présente en bouche,
  • l’équilibre, ou la façon qu’ont les sensations sucrées, salées, amères et acides de jouer entre elles,
  • la complexité, autrement dit le nombre et la puissance des arômes exprimés. Plus le vin sera complexe, plus vous avez de chance de déguster un vin avec un grand potentiel.

Maintenant que vous avez franchi toutes ces étapes, il ne vous reste qu‘à savoir si au final, ce vin vous plait ou non !

 

Quelques astuces en bonus !

  • Tenez toujours votre verre par le pied pour ne pas le réchauffer avec votre main et pour éviter que des odeurs présentes sur votre main comme celle du savon, ne viennent troubler vos sens.
  • Bannissez les fleurs, encens, parfums d’intérieur de votre lieu de dégustation.
  • Choisissez un verre de forme tulipe qui offre à la fois au vin, une belle surface de contact avec l’air et une partie suffisamment haute pour emprisonner les arômes.
  • « Avinez » votre verre ! C’est à dire rincer votre verre avec un peu de vin afin d’en évacuer les résidus d’odeurs et de poussière.
  • Fuyez l’ail, le café, le piment et tous les aliments « forts » avant la dégustation qui vont dénaturer vos sensations. Le meilleur moment pour une dégustation ? Avant le repas, c’est là que tous vos sens sont au maximum de leur éveil !
  • Les papilles gustatives étant toutes concentrées dans la bouche et non dans la gorge, il n’est donc pas nécessaire d’avaler un vin pour le déguster ! Mais c’est à vous de voir… tant que la modération est de mise.
  • Pour commencer dans l’art de la dégustation, nous vous conseillons de choisir un Cru Bourgeois du Médoc, dont l’équilibre et la finesse des arômes vous feront de toute façon vivre une expérience des plus agréables !
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0

Derniers Articles

  • Suivez-Nous !

  • La photo de la semaine

    #CrusBourgeois

  • Facebook

  • Twitter