Les Primeurs à Bordeaux, c’est quoi ?

Image Invitation Primeurs

La saison des Primeurs à Bordeaux, c’est un peu la Fashion Week du vin. Incontournable ! C’est LE rendez-vous des professionnels du vin à Bordeaux. Organisée début avril, la semaine des primeurs permet à nos Crus Bourgeois du Médoc de présenter en avant-première aux courtiers et négociants, le futur millésime 2018.

Le 26 mars en avant-première mondiale, les Crus Bourgeois du Médoc dévoilaient leur millésime 2018 aux courtiers et négociants bordelais.

C’est à la Faïencerie, au cœur du quartier historique des courtiers et négociants bordelais qu’était organisée ce 26 mars, l’avant-première de la vente en primeur du futur millésime 2018.

« Prometteur » est certainement l’adjectif qui correspond le mieux à ce futur cru 2018. Après une interminable saison froide et humide qui a fait craindre le pire, l’été chaud et sec qui s’est étiré jusqu’au moment des vendanges a permis de récolter des baies à parfaite maturité, aux arômes concentrés et bien développés. En bouche, les primeurs expriment déjà une belle rondeur, un équilibre soyeux et généreux qui laissent augurer d’un excellent millésime.

Instagram 1Instagram 2

 

Pour compléter cette dégustation en avant-première, 2 jours de vente en primeur sont organisés les 2 et 3 avril au Château Lamothe-Bergeron à Cussac-Fort-Médoc. A cette occasion, l’ensemble du trade mondial est convié pour un « free tasting », dégustation au cours de laquelle chacun se sert et déguste à son rythme autant d’échantillons qu’il le souhaite. C’est la possibilité pour les professionnels d’avoir un large panorama sur les futurs crus 2018 et pour les producteurs une opportunité de faire découvrir davantage de bouteilles.

Image Invitation Primeurs

La vente en primeur, un univers un peu magique réservé aux initiés ?

La vente en primeur est une spécificité du marché vinicole bordelais, même si depuis quelques années, d’autres régions de production telles que la Bourgogne et les Côtes du Rhône reprennent le dispositif créé à Bordeaux. Il faut être producteur, courtier, négociant ou journaliste spécialisé pour participer aux ventes en primeur. Il faut dire que l’enjeu est majeur : d’une part c’est l’occasion pour les producteurs de montrer le fruit de leur travail et en vendant leur vin encore en cours d’élevage, d’obtenir une avance sur trésorerie qui leur permet d’investir dans leur exploitation. Côté courtage et négoce, c’est la possibilité de découvrir avant leur mise sur le marché, le potentiel des vins et de les acheter à un prix avantageux.

Vins primeurs et vins en primeur, même combat ?

Pas du tout ! Les vins primeurs sont des vins jeunes voire très jeunes qui sont commercialisés et consommés peu de temps après la récolte. C’est le cas des Beaujolais nouveaux par exemple ou de certains vins de pays.

Lors des ventes en primeur, on présente les vins issus de la dernière récolte mais qui ne sont pas encore destinés à la consommation. C’est à dire qu’en 2019, on déguste les vins de Bordeaux provenant des vendanges de l’automne 2018. Les vins achetés par les courtiers et négociants resteront à la propriété pour finir leur élevage. Ils seront livrés après leur mise en bouteille, environ 18 mois plus tard dans la majeure partie des cas.

2018, le premier millésime à porter les mentions du nouveau classement quinquennal des Crus Bourgeois du Médoc.

Pour nous, les Crus Bourgeois du Médoc ce millésime 2018 revêt une importance très particulière, puisque le nouveau classement qui sera dévoilé en février 2020, permettra aux crus distingués d’apposer sur l’étiquette de leur millésime 2018, l’une des 3 mentions : Cru Bourgeois, Cru Bourgeois Supérieur ou Cru Bourgeois Exceptionnel. Une prémisse donc à notre futur classement qui sera publié peu de temps avant la mise en marché des premières bouteilles du millésime 2018.

LOGO-CB-WARM-GREY

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0

Derniers Articles

  • Suivez-Nous !

  • La photo de la semaine

    #CrusBourgeois

  • Facebook

  • Twitter